Tel un nain qui écourte son séjour dans les herbes mortes
Je me cache, malin, dans ta nature.
Tes bras me tirent en haut des pousses
Mes yeux me poussent vers le haut
Là où l’on se vit.

blocks_image